Gügück et le cheval fantôme

Théâtre
Jeunesse (à partir de 6 ans) et tout public

Avec : Aline Martin et Jean Lorrain
Musique : Romain Pivart, saxophone
Traduction français/alsacien : Aline Martin
Texte et mise en scène : Christian Rätz
Durée 50 minutes environ

Télécharger le dossier du spectacle

 

Le vent du diable est une légende populaire liée à la cathédrale de Strasbourg.

Notre histoire raconte les mésaventures d’un jeune diable appelé Gügück (le coucou).
Lors d’une visite chez sa grand mère en Alsace, le petit Gügück apprend qu’une cathédrale est en train d’être construite à Strasbourg, qu’elle est la plus grande et la plus belle de toutes.
Intrigué et curieux, il décide aussitôt de se rendre sur place.
Pour lui venir en aide, sa grand-mère, qui est aussi une vieille sorcière, transforme son vieil âne en un magnifique cheval noir, et le voilà parti sur sa nouvelle monture, galopant dans la nuit.
Au petit matin il arrive sur le parvis de la cathédrale. Il attache son cheval et entre dans ce magnifique édifice en pierre rose.
Pendant sa visite, il est surpris par une messe et ne sachant que faire, le petit diable se cache à l’intérieur du pilier des anges. Là, bien à l’abri il attend la fin de la messe, mais quelle surprise quand il veut s’en extraire, impossible, il est coincé, prisonnier à l’intérieur du pilier.
Les jours passent… Le cheval resté au pied de la cathédrale attend bien sagement son maître.
Mais un jour, un formidable orage éclate et un gigantesque éclair vient frapper la cathédrale. La foudre libère enfin le petit diable qui est éjecté dans les airs.
Sans nouvelle de son petit fils, la vieille grand mère se rend à Strasbourg et découvre le pauvre cheval dans un piteux état. Après avoir avalé un remontant de sa fabrication, le cheval retrouve ses forces et la vieille sorcière lui ordonne de retrouver Gügück, de faire le tour de la cathédrale et de ne pas s’arrêter avant de l’avoir retrouvé.
C’est depuis ce moment qu’il tourne, qu’il tourne éternellement autour de la cathédrale créant ainsi un courant d’air permanent : Der Deifel’s wind – le vent du diable.

visuel site Gügück

Guguck

 

 

Ce spectacle est le fruit d’un travail entrepris en 2015 lors d’une commande de la ville de Strasbourg pour la jeunesse dans le cadre du millénaire de la cathédrale.
Le texte du spectacle créé en août 2015 a été retravaillé puis édité en 2016 aux éditions du Palio. C’est cette version réduite qui est proposée pour ce nouveau spectacle : Il peut être donné aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur (milieu scolaire, bibliothèque, médiathèque, musée, petit théâtre, cour de ferme, préau d’école…)
Grâce au travail d’Aline Martin qui a traduit les répliques de la grand mère en alsacien, nous proposons une version bilingue français/alsacien et faire ainsi ressortir toute la verve et la truculence de la langue alsacienne. La grand-mère alsacienne s’exprime donc en alsacien.

Avec le soutien de la Ville de Strasbourg et de la Région Grand Est.
En collaboration avec « à livre ouvert…wie ein offenes Buch »
En partenariat avec l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle (OLCA)
logos-guguck

couv_guguck_306

 

extrait du texte donné en lecture à la librairie Kléber le 8 octobre 2016. Cette lecture a été donnée à nouveau à l’occasion des 200 ans de la librairie Oberlin, le 3 juin 2017 à l’église Saint-Nicolas.

lecture_1_bis
lecture_3_bis
photo Michel Nicolas

photos Michel Nicolas